Géraud Soulhiol, Globe, série La Vue, depuis 2012

Café soluble sur sous-tasses en porcelaine, dimensions variables / Instant coffee on porcelain saucers

Dimensions variables / Variable dimensions

unique

Géraud Soulhiol, Globe, série La Vue, depuis 2012

€300.00Price
  • La pratique artistique de Géraud Soulhiol, son univers qui mélange dessin, bricolage et cuisine comme autant d’activités ludiques innocentes est fortement lié à son enfance, époque de tous les possibles. Mais qu’on ne s’y trompe pas, même si les œuvres de Géraud Soulhiol semblent naïves et innocentes au premier regard, on entre dans celle-ci comme dans un musée d’une civilisation disparue ou parallèle à notre monde. Ici, on survole les ruines de paysages fantasques et dépeuplés, colonisés et transformés à outrance par la religion, la guerre ou l’industrie, la technologie se substituant à la nature, et le monde animal se transformant en charnier mutant. Géraud Soulhiol, pourtant, n’en fait que le constat, puisque les univers qu’il crée n’existent que dans son imaginaire.

    Faisant référence au poème de Raymond Roussel du même nom dans lequel, regardant le petit paysage de plage inscrit dans la bille en verre de son porte-plûme l'écrivain décrit les scènes qui s’y déroulent et se laisse porter par son imagination, "La Vue" propose un ensemble hétéroclite des travaux de Géraud Soulhiol. A travers différents médias (dessin, photomontage, installation vidéo) et supports, ces derniers dessinent une constellation plastique cohérente concernant les recherches récentes de l'artiste autour de la question de la représentation des "territoires fantasmés" et "univers flottants". Se situant toujours au seuil d'une certaine intelligibilité et d'opacité, les différentes "visions" de Géraud Soulhiol, qu'elles prennent pour point d'appui le paysage, l'architecture ou encore la carte géographique, ont pour ambition d'installer le regard du spectateur dans une zone vague, qui se nourrit d'un va-et-vient constant entre l'œil habitué des formes et l'attention particulière qu'exigent les détails qui disloquent la "vue". (Umut Ungan)

    -

    The artistic practice of Géraud Soulhiol, his universe that mixes drawing, crafts and cooking as much as innocently playful activities has a strong bond with his childhood, where everything seems possible. But make no mistake, for even if the works of Géraud Soulhiol seem naive and innocent at first glance, one may dive into it as a museum of an extinct or parallel civilization to our world. Here we fly over the ruins of fantastic and depopulated landscapes, colonized and changed by religion, war, or industry. Technology substitutes nature and the animal world transforms into a mutant charnel house. Soulhiol, however, merely adopts an observative stance, for the worlds he creates stem only from his own imagination. 

    In reference to Raymond Roussel's homonymous poem, where the author, discovering a beach scene inside his penholder's crystal ball, describes the unfolding scenes and gives free rein to his imagination, "La Vue" presents a diverse selection of Géraud Soulhiol's works. Through various media (drawings, photomontage, video installations) and materials, they draw a coherent plastic constellation of the artist's recent research around the question of the representation of  "fantasy worlds" and "floating universes". Always at the brink of a certain intelligibility and opaqueness, Géraud Soulhiol's different "visions", be they based on landscapes, architecture, or else maps, aim to bring the viewer's gaze into a vague zone, a place that feeds on the continuous exchange between an eye accustomed to certain forms, and the specific attention demanded by the details that dislocate the "view".